LOGO ASSOCIATION

Création de l’association

En début d’année l’idée de monter une association à émergée dans ma tête,  nous avons fait les papiers nécessaires et notre association à vue le jour le 14 février dernier et dont je suis la Présidente.

Création de l’association


En début d’année l’idée de monter une association à émergée dans ma tête,  nous avons fait les papiers nécessaires et notre association à vue le jour le 14 février dernier et dont je suis la Présidente. Je dis nous car mon mari a tenu a faire parti de l’équipe et peu de temps après une infirmière psychologue a rejoint notre petite équipe.

Pas mal de chose se sont passées, coté psychologique j’avance bien je contrôle assez bien mes souvenirs et pratique beaucoup de méditation en cas de montées d’angoisses.

Cette association me tient à coeur, j’ai ce besoin de venir en aide aux victimes comme moi, d’échanger avec elles et surtout de leur faire comprendre qu’elle n’y sont pour rien et qu’elles ne doivent plus avoir honte de ce qu’elles ont subies. Cette association à pour but des les aider dans leurs démarches, mais aussi de pouvoir libérer la parole.

Quand l’association à été créée, très vite nous avons été contacté par un journal local pour un article en centre de page, cela à été très enrichissant pour moi, mais j’ai surtout ressenti une fierté d’être l’une des premières associations de ce genre dans notre région.

Nous avons été également contacté par un journal télévisé, et j’ai fais mon premier direct, un exercice très difficile mais qui à eu des effets positifs, puisqu’à la suite de l’interview, nous avons eu nos premiers adhérents.

C’est une sorte de thérapie pour moi que de créer des liens avec les victimes, leur faire comprendre qu’elles ne sont plus seules, que nous sommes là pour les soutenir et les aider au mieux possible. Cela me demande du temps et de l’investissement mais cela me permets d’avancer dans ma propre thérapie, qui n’est pas toujours un long fleuve tranquille, puisque j’attends avec impatience le RDV du 2 avril pour l’expertise psychologique et que cela commence à me travailler sérieusement sur le plan émotionnel.

En effet, le confinement mis en place ne m’aide pas puisque tous mes RDV avec ma psy ont été annulés, et que des souvenirs remontent que j’ai du mal gérer… même si ma psy reste joignable au téléphone et qu’elle sait me rassurer, il me faut trouver les ressources nécessaires pour les faire passer de ma mémoire et les traiter.

Le 2 avril approche à grand pas ….


WWW.ENFANCEVIOLEE.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =