Victime 2 viol -travail - souvenirs - viol- plainte - vie - expertise

RDV Expertise psychologique

Voilà jour J 02 avril 2020, c’est le jour de l’expertise psychologique qui m’a été imposée suite à mon dépôt de plainte. Même en période de confinement le RDV est maintenu, 7h du matin je me lève, mon mari décide de m’emmener car il sait que cela va être une dure épreuve et que le retour sera compliqué, car il y a quand même 1h de route.

Voilà jour J 02 avril 2020, c’est le jour de l’expertise psychologique qui m’a été imposée suite à mon dépôt de plainte.

Même en période de confinement le RDV est maintenu, 7h du matin je me lève, mon mari décide de m’emmener car il sait que cela va être une dure épreuve et que le retour sera compliqué, car il y a quand même 1h de route.

Nous nous préparons et prenons la route, tout est désert, confinement oblige, nous arrivons sur le lieu du rdv avec 20 min d’avance, alors nous attendons dans la voiture, quelques minutes après s’être garé, une dame sort du bâtiment, c’est la psychologue, elle est masquée, et me dit de rentrer qu’elle va me prendre de suite puisque je suis en avance.

Je la suit, rentre dans son grand bureau, elle a une voix posée et douce cela m’apaise et me fait du bien car je suis terriblement angoissée. Elle relate les faits, m’explique pourquoi je suis là, et qu’elle n’est pas là pour porter un jugement sur ma personne.

L’expertise


Tous naturellement, le dialogue s’installe, je suis en total confiance, elle me pose des questions qui ressemblent fortement à celle que m’a poser la capitaine lors de mon dépôt de plainte, je reponds avec le plus de précision possible, elle me demande des détails, et je suis capable de lui en donner d’avantage, je remarque alors que la thérapie entamée en septembre porte ses fruits.

L’entretien dure plus d’1h30, elle me demande les conséquences de mon traumatisme sur ma vie de tous les jours, alors je lui explique que depuis quelques années j’ai beaucoup de TOCS, elle m’explique que c’est assez courant, que se sont des gestes que les victimes font pour se rassurer, mais il est évident que ces TOCS prennent beaucoup de place dans mon quotidien.

Pendant l’entretien, j’ai beaucoup pleuré, mais cela me fait du bien, car pendant la période de confinement tous mes RDV chez ma psy sont annulés et j’ai un besoin de parler, alors avec elle je n’hésite pas, cela m’apaise et j’ai l’impression d’être écouté.

Elle met fin à l’entretien que quand mon besoin de parler se termine, elle m’explique alors la suite des évènements, qu’elle va rédiger son rapport et qu’elle va ensuite l’envoyer au greffe du Tribunal de Grande Instance, mon dossier sera ensuite transférer dans la région ou les faits ont eu lieux, et que le mis en cause lui aura une expertise psychiatrique et psychologique.

Je sort du RDV épuisée mais sereine, maintenant il n’y a plus qu’a attendre la suite des évènements et reprendre à nouveaux le cours de ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 13 =