Témoignage : Quotidien de victime.

Témoignage : il est parfois difficile de revivre après le traumatisme que l’on a vécu en l’occurrence un , ou plusieurs viols.

Quotidien de victime


Bonjour,

il est parfois difficile de revivre après le traumatisme que l’on a vécu en l’occurrence un , ou plusieurs viols.

Entendre nos proches sur notre état qui se trouve être une profonde dépression et qui ne la comprenne pas.

Pour faire très synthétique mes parents on divorcé et je me suis retrouvé avec une mère absente et un beau-père frappeur là proie parfait pour prédateur sexuel et l’affaire est dans le sac.  Meme communiquer avec sa compagne se trouve être une épreuve , puis il y a des membres de ta famille qui te font ressentir que tu es vraiment un parasite ou une épave de la société.

 

La société des biens pensent qui découvre très récemment que le viol existe et selon les chiffres de l’union Européenne 1 enfant sur 5 a subit ou va subir des violences sexuel. Ces chiffres me font bondir , comment une société qui se dit éditrice de la déclaration des droits de l’homme peut a t elle point négliger sont avenir .  Je m’égare  du sujet ces ma grande spécialité.

 

Je crois finalement que la vrai difficulté est de l’acceptation du viol et de son statue de victime , je crois que j’ai mis 5 ans pour l’acceptation.

ça libère vraiment et peut vraiment aidé lors du dépôt de plainte pour ne pas subir cette épreuve et de répondre sans tabou ni gène aux questions. Puis il y a les expertises qui vont suivre psychologique et psychiatrique. Franchement ces vraiment épuisant environs 3 à 4 heures d’entretiens.

 

Est ce que mon agresseur subi un tel traitement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − un =